6e Ficwallmapu : cinéma autochtone en ligne, gratuit et sans frontières !

, par  Sophie

Le Festival international du film et des arts autochtones à Wallmapu dont nous sommes partenaires se tiendra du 25 au 29 janvier 2021 à Temuco, territoire mapuche, et en ligne à l’international pour toutes celles et tous ceux qui seront connecté·es. Au programme, plus de 50 films en provenance de 35 peuples autochtones différents pourront être vus sur www.ficwallmapu.cl. La musique de l’artiste quechua Renata Flores ouvrira les festivités !

Lundi 25 janvier : ouverture du festival en image... et en musique !

Les festivals de cinéma ont dû se réinventer dans ce contexte de pandémie et ont recours à la technologie pour continuer à communiquer avec leurs publics. Dans le cadre de sa 6e édition, le Ficwallmapu propose donc pour la première fois un festival entièrement en ligne avec la devise "Kuyfike kimünmew kidungünewayiñ / Avec la connaissance des ancêtres, nous nous guiderons".

Pour assister au 6e Festival international du cinéma et des arts autochtones à Wallmapu, territoire ancestral mapuche, il suffit de créer un compte gratuit sur la plateforme Festhome, ce qui vous donnera accès aux 51 films en provenance de 36 peuples ancestraux et de 16 pays.

En ouverture, le lundi 25 janvier à 22h00 (heure du Chili), sera diffusé le film Un jour dans la vie de Noah Piugattuk, réalisé par le cinéaste inuk Zacharias Kunuk (Canada). Le film sera disponible pendant 48 heures.

Le festival ouvrira également en musique en provenance d’Ayacucho, au Pérou, grâce à l’artiste Renata Flores et à ses chansons en quechua aux sons andins mêlés de trap, hip-hop et pop music. Un style qui, à l’âge de 19 ans, lui a valu d’être surnommée par le New York Times « La reine du rap quechua », en référence à son intense travail d’activiste pour l’enseignement de sa langue maternelle.

« L’innovation musicale aide à montrer notre culture, nos langues maternelles, c’est une formidable opportunité à ne pas manquer", a déclaré Renata, ajoutant que "grâce à la musique, nos voix sont davantage entendues et se renforcent ».


Sélection officielle : auto-représentation autochtone

Ange Valderrama Cayuman, qui fait partie de l’équipe de communication et de programmation de Ficwallmapu, souligne que chaque année le festival reçoit de plus en plus de films d’auteur·es autochtones : « Nous pensons que dans tous les domaines thématiques et artistiques liés au cinéma, les peuples autochtones ont quelque chose qui dire qui exprime notre voix plurielle, collective et individuelle ». La valeur de ces réalisations réside dans le fait que « nous cherchons à nous éloigner des voix qui nous interprètent ou qui médiatisent notre réalité, nous sommes à une époque où la multiplicité de nos vies en tant que peuples constitue la puissance du cinéma autochtone ».

Le 6e Wallmapu mettra l’accent sur l’autodétermination des peuples.

Ce festival a été organisé dans un contexte historique pour le Chili : la Constitution datant de la dictature sera réécrite par 155 personnes formant la Convention constituante, après avoir été élues par les urnes le 11 avril. 17 sièges seront réservés pour des représentant·es autochtones.

Malgré toutes les critiques qui peuvent être faites au sujet de ce processus, le festival Ficwallmapu estime que le cinéma autochtone contribue aux processus politiques et organisationnels des différents territoires. Ainsi, les thèmes de la sélection officielle « montrent que les intérêts des peuples autochtones sont très politiques. La défense du territoire, par exemple, est le bloc avec le plus grand nombre de réalisations ». Selon Ange Valderrama Cayuman, « Cette défense du territoire inclut les luttes pour la défense de l’eau, la souveraineté alimentaire, la revitalisation des langues autochtones, etc. Tous ces aspects doivent être présents dans la rédaction d’une nouvelle constitution pour un territoire où nous vivons ensemble, au cœur de diverses villes ».

Nütramkawün : dialogues autour du cinéma

Au programme, deux rencontres-débats :
- Jeudi 28 janvier, 22 h 00 : "Affectivités en mouvement : cinéma autochtone et diversités ancestrales" en continuité avec le thème de l’édition précédente du Ficwallmapu. Y participeront la réalisatrice, artiste, scénariste et actrice mixtèque Ángeles Cruz, l’artiste mapuche Paula Baeza Pailamilla et l’artiste contemporain Sebastián Calfuqueo Aliste. Modérateur : Ange Valderrama Cayuman.

- Mardi 26 janvier, 22 h 00 : "Cinéma autochtone et autoreprésentation" avec Ayelén Lonconao Vargas, réalisateur mapuche du court métrage Meli, Itandehui Jansen, réalisatrice mixe du film Tiempo de Lluvia et Luna Marán, réalisatrice zapotèque de Oncle Yim. Tous les films font partie de la sélection officielle du festival. Modératrice : Jeannette Paillan, directrice de Ficwallmapu.

Que voir et comment ?

L’un des points forts de cette édition est que plus de 80% des 51 films peuvent être visionnés du monde entier, sans limites de frontières, sur la plateforme Ficwallmapu, avec un simple compte gratuit créé sur Festhome.

Voici les films selon leur bloc thématique :

- Defensa del territorio (Défense du territoire) avec 18 films : Charlie by the Sea, Choyün, brotes de la tierra, Corre sangre mapuche, Ecos del volcán, El segundo entierro de alejandrino, Frontera, Kukama Maestro, Mapuche : La tierra se levanta, Names for Snow, Nueva York, solo otra ciudad, Paf Kur Móllako, Panzós Memoria por la Tierra : Masacre de 1978, Relatos a contraluz : Fotografía y memoria, Cautín 1967 – 1973, Sara Mama, Semilla Sagrada, Semillas originarias y saberes indígenas, Sheripiari anpóñanake Shiripiaripaye / Tabaquero después de los tabaqueros, Uma : la crisis del agua en Bolivia, Voces de las montañas sagradas.

- Mujeres indígenas (Femmes autochtones) avec 9 films : Cholitas, Imapaqmi peliculata ruwasunman / ¿Para qué hacer una película ?, Ixch’umil”, Jaanpäätt / Hasta pronto, La vendedora de lirios, Los icaros de Shetanbeka, Los no nacidos, Lupita, que retiemble la tierra, Mamapara / Madre lluvia et Tiempo de lluvia.

- Artes indígenas (Arts autochtones) avec les courts métrages : Acorde al Muro - Kalfukeo, Emergence, Katatjatuuk Kangirsumi, My Favourite Food is Indian Tacos, my Favourite Drink is Iced Tea and my Favourite Thing is Drumming, Somos hombres cascabel et Where You Have Indians You Have Forest / Onde Tem Índio Tem Floresta.

- Choyün, dédié à l’enfance : Alerta en el mar, Cuidemos a los animales, El misterio de orito, Newen El brote de una semilla, Hapao Koe Ite Henua (Protejamos la tierra), El jaguar de la selva et The Potion / La poción.

- Autonomías y gobiernos indígenas (Autonomies et gouvernements autochtones) avec les films El tiempo es agua, Taiñ Rvpv / Nuestro camino, Tío Yim, Meli et Ophir.

- Et enfin, Diversidades ancestrales (Diversité ancestrale), poursuivant le thème central de la dernière édition, avec : Bartolina Xixa, Chigualo, Kapaemahu et Wüfko.

Voir la programmation en ligne

Voir en ligne : Voir le communiqué en version originale sur le site du Ficwallmapu (traduit et adapté ici par S.Gergaud pour De la Plume à l’Ecran)

AgendaTous les événements

mai 2021 :

Rien pour ce mois

avril 2021 | juin 2021

Nous suivre