La rentrée littéraire 2019 Cinéma & Autochtones

, par  Sophie

Une fois n’est pas coutume, la rentrée littéraire en lien avec le cinéma et les Autochtones s’annonce chargée et à De la Plume à l’Ecran, on ne va évidemment pas s’en plaindre !
Dans une concordance calendaire parfaite - bien que non préméditée -, plusieurs ouvrages sur le cinéma fait par les Autochtones seront en effet disponibles dans vos librairies préférées en septembre-octobre... De quoi vous mettre en appétit avant d’assister au 10e anniversaire du Festival Ciné Alter’Natif en octobre prochain et de rencontrer les auteur·e·s qui seront présent·e·s tout au long du festival et plus particulièrement lors de la journée de clôture du 12 octobre au DIX pour présenter leurs ouvrages !

Les livres sur le cinéma par les Autochtones

  • Cinéastes (autochtones) : la souveraineté culturelle en action de Sophie Gergaud (Ethno-cinéaste et présidente de De la Plume à l’Ecran), WARM Editions, 224 p.

Parution : le 4 octobre 2019 • Prix de vente public 20 €
Tarif de souscription jusqu’au 2 octobre 2019 : 16€ (bon à télécharger ici)

Résumé  : Dès ses débuts, le cinéma - et Hollywood au premier chef - a singulièrement façonné l’image des peuples autochtones (Premières Nations, Inuit, Aborigènes…) dans l’imaginaire collectif. L’évolution des moyens techniques et des rapports de domination ont rendu peu à peu possible l’émergence d’autres points de vue. Et depuis plusieurs décennies, les peuples autochtones de par le monde exigent le respect de leur droit à l’autoreprésentation et à l’expression directe, selon leurs propres termes.
Cette histoire longue et tumultueuse de la représentation des peuples autochtones à l’écran est l’histoire d’un art en mouvement et d’une lutte pour reconquérir une identité, filmer et diffuser ses propres histoires afin de rétablir des vérités et de s’octroyer le droit à l’imagination créative et innovante.

  • Cinémas autochtones : Des représentations en mouvements co-dirigé par Sophie Gergaud (Ethno-cinéaste, présidente de De la Plume à l’Ecran et membre du réseau d’experts du GITPA) et Thora Herrmann (Université de Montréal, CICADA-DIALOG), Collection "Questions autochtones", GITPA/L’Harmattan.

Date de parution et tarif : à venir

Résumé  : Nés dans les années 1960 au sein de cultures marquées par une forte tradition orale aux dimensions narratives aussi riches que variées, le cinéma et la vidéo autochtones – en tant que mouvement intrinsèquement lié au droit à la communication, à l’autoreprésentation et à l’autodétermination –, ont pris leur essor dans les années 1990 et sont devenus un composant indéniable des scènes internationales audiovisuelle et cinématographique. Ces histoires inédites contemporaines, venues des quatre coins du monde, profondément ancrées dans une esthétique et des problématiques locales, portées à l’écran par des conteur·euse·s autochtones au talent indéniable et au style narratif propre et novateur, ont su conquérir un public de plus en plus large, que ce soit par le biais de canaux traditionnels de diffusion (télévision, distribution en salle...) ou de réseaux plus spécifiques et alternatifs (festivals, Internet, réseaux sociaux...). Aujourd’hui, qu’il·elle·s se revendiquent comme cinéastes-auteur·e·s, acteur·trice·s de médias communautaires ou encore promoteur·trice·s de communication, des Autochtones des quatre coins de la planète maîtrisent les rouages du processus cinématographique et audiovisuel, de la production à la distribution, en passant par l’écriture, la réalisation et la post-production.
Première anthologie à paraître en français sur le sujet, Cinémas autochtones, Des représentations en mouvements se veut un véritable état des lieux valorisant avant tout les contributions de cinéastes, artistes et chercheur·e·s autochtones du monde entier avec, à leurs côtés, celles de proches collabo-rateur·trice·s non autochtones.
Invitation à s’immerger dans un univers cinématographique aussi riche que varié et original, ce livre collectif s’affranchit tout autant des frontières chronologiques, géographiques (que ce soit pour la provenance des articles publiés ou des sujets traités) que des genres, afin de mieux célébrer ensemble le pouvoir des créateur·trice·s cinématographiques autochtones d’hier, d’aujourd’hui et de demain !
 
Cinémas autochtones, Des représentations en mouvements est un ouvrage publié grâce au partenariat entre les associations françaises De la Plume à l’Ecran et GITPA, avec le soutien financier canadien du CICADA et de DIALOG.

  • Mentawaï ! de Tahnee Juguin (scénario) et Jean-Denis Pendanx (illustrations), Editions Futuropolis, 160 p.

Résumé  : Sur une petite île, à l’ouest de l’Indonésie, une jeune Française parcourt la jungle avec l’intention de réaliser un film sur la tribu qui l’habite, les Mentawai. Durant son voyage, la caméra devient sa première alliée et la conduit à la rencontre de ces Autochtones qui se jouent de l’exotisme. Bientôt, attirés par le pouvoir des images, deux Mentawai vont se lier à son projet et y apporter leurs propres voix. Leurs chemins à tous trois fusionneront sur un tournage, à bien des titres, initiatique.

Tahnee Juguin parle le mentawaï et vit une partie de l’année avec eux. Jean-Denis Pendanx l’a accompagnée pendant son dernier séjour dans la jungle, en 2018. Tous deux livrent ici, entre documentaire et fiction, un récit de haute volée

Date de parution : 11 septembre 2019 • Prix de vente : 25 €

Pour suivre l’actualité du projet Mentawaï storytellers à Siberut (Mentawai/Indonésie), c’est par ici. Gérée par Tahnee Junin, scénariste de la bande-dessinée, l’association Mentawai Storytellers travaille en parallèle sur deux projets qui ont tous deux pour missions et valeurs l’indépendance et la libre expression des communautés Mentawai : par le biais de la gestion d’un tourisme responsable sur l’île de Siberut et également par la réalisation de films par les Mentawai eux-même.

  • Des faces cachées dans les Amériques co-dirigé par Marie-Christine Michaud et.al, Eric James Editeur, 385 p.

Résumé  : L’ouvrage collectif Des faces cachées dans les Amériques s’inscrit dans une tentative de lever le voile sur les zones d’ombre de lieux oubliés, camouflés, occultés, mais bien réelles d’un vaste continent caractérisé par une grande diversité géographique, culturelle et ethnique.
L’ouvrage est unique en son genre de par la période couverte (du XXVIIIe au XXIe siècles), mais aussi et surtout de par les différentes approches adoptées par les auteurs en fonction de leur domaine de recherche (science politique, histoire, philosophie, études littéraires et en arts visuels...). Dans leur recherche d’une "autre" Amérique, les auteurs apportent ainsi une vision riche, contrastée, paradoxale et/ou équivoque aux lecteurs et lectrices désireux d’aller au-delà des clichés, des idées reçues et des lieux communs quand il s’agit d’évoquer le nouveau monde.

Avec les contributions de deux membres de De la Plume à l’Ecran :
- > Sophie GERGAUD, "Les Amérindiens dans l’espace médiatique en Amérique du Nord : des peuples invisibles ou trop visibles ?", pp. 323-335.
- > Chloé TESSIER-BRUSETTI, "« Las mujeres indígenas somos víctimas » : Violences de genre et combats de femmes indiennes en Amérique latine", pp. 351-364.

Du côté des partenaires... les Editions Dépaysage

Même si les ouvrages publiés chez Dépaysage n’ont (pour l’instant) pas de lien direct avec le cinéma autochtone, nous les référençons ici parce que cette maison d’édition est partenaire de longue date de notre association et du Festival Ciné Alter’Natif en particulier. N’hésitez pas à aller faire un tour du côté de son site afin d’y découvrir ses toutes récentes publications avec, en particulier :

  • Coeur d’Alene : ethnohistoire d’une communauté indienne d’Amérique du Nord de Matthieu Charle, Collection L’Entaille d’Orphée, Editions Dépaysage, 313 p.

Résumé  : Toutes les populations autochtones nord-amérindiennes ont subi le choc violent de la colonisation et son cortège de massacres, d’épidémies et de spoliations en tous genres. En cela, l’histoire des Coeur d’Alene, un groupe de langue salish du Nord-Ouest des États-Unis (Idaho), n’est guère différente. Ce qui la rend originale concerne les stratégies, en apparence radicales, déployées par ses membres pour faire face à ces bouleversements : sédentarisation, pratique de l’agriculture et conversion au christianisme. Tout ce qu’il faut pour devenir, aux yeux des Blancs, de « parfaits sauvages »…
En examinant l’ethnographie classique et contemporaine, l’auteur propose, dans une langue toujours accessible, une analyse fine des phénomènes qui sont directement liés à ces processus de négociation culturelle.

Date de parution : 14 juin 2019 • Prix de vente : 24 €

Présentation des ouvrages par les auteurs

Notez-le dès à présent dans vos agendas : tous ces ouvrages seront disponibles et feront l’objet de présentations en présence des auteurs lors de la Journée de clôture du Festival Ciné Alter’Natif, le samedi 12 octobre 2019 à partir de 14h (programmation détaillée de l’après-midi à venir).

AgendaTous les événements

Nous suivre